LÈCHE MON COEUR

Texte - Ogres de Yann Verburgh - Edition Quartett

Mise en scène - Julie Crantelle

Jeu -

Théo Majcher

Fanny Caron

Vladimir Perrin

Scénographie et costumes - Annatina Huwiler

Composition musicale - Serafin Aebli

Création lumière - Nils Lou Lauper

Production : ALTER EGO (X)

Homme avec châle

LÈCHE MON COEUR

NOTE D'INTENTION

Lèche mon cœur est une mise en scène du texte Ogres de Yann Verburgh. Point central de cette création, ce texte aborde la thématique de l'homophobie dans le monde. Il porte les voix oubliées des opprimés, au-delà de leur sexualité, leurs origines, leur biographie, au travers des continents, de la France à la Russie, de l’Ouganda à l’Iran – en passant par la Bulgarie, l’Afrique du Sud, le Cameroun, la Grèce, le Brésil, la Roumanie, la Corée du Sud.

Je voulais que ma première création soit en prise directe avec le pouls du monde. Je voulais pousser un cri d'amour et je voulais parler de l'urgence d'agir dans laquelle nous sommes. En 2021, s'aimer librement est un crime pour certaines personnes. Les mots simples et directs de Yann Verburgh font alors écho à ma propre révolte, à une époque où les libertés sont sans cesse remises en cause de par le monde.

Cette mise en scène est portée par un désir de comprendre et d’aller à l’essentiel, qui passe par le dépouillement, le dénuement : « On voudrait savoir. On voudrait que les pierres parlent, que les montres retrouvées chez les antiquaires s’agitent, que les miroirs renvoient les visages entrevus. On voudrait. Et pourtant nos têtes congestionnées de récits, de mots, d’arguments crient grâce. Alors dans la faiblesse du jour, il faut espérer écouter le silence. » Ce poème de Julie Gilbert résume la quête vitale qui hante mon désir de mettre en scène Ogres. Je souhaite que cette création offre un regard singulier sur le monde, qu'elle nous incite à être attentif à ce qui nous entoure.

Dans Lèche mon cœur, la nature est un personnage à part entière, une nature romanesque, qui s’accorde aux sentiments. Comme si soudainement le décor permettait d’avoir de l’ampleur, de l’espace. Cela rejoint une recherche pour insuffler à la pièce un certain lyrisme, un enchantement, pour contrebalancer la violence des mots. Cartographie de lieux et d'instants, Lèche mon cœur cherche à faire coexister la nature et le langage, comme si les mots pouvaient faire corps avec la terre, ou comme si un territoire pouvait contenir un texte, qu’il s’agirait de saisir.

Le titre de ce spectacle, Lèche Mon Coeur, fait écho à une dramaturgie brûlante entre bestialité et cannibalisme d’une société qui nous dévore, nous ronge et la tendresse d’un amour naissant, d’une fougue enivrante vers le désir, le rêve et l’imaginaire pour ainsi apporter de la lumière dans la noirceur de ce monde. Le cœur, à la fois organe de la vie et signe de l’amour, peut-il être pansé ?

Lèche mon cœur sera donc une création poétique sanglante, où les visages sont invoqués, les voix nous disent la vérité, leurs urgences et leurs réalités.

CR2ATION.png