morg.jpg
Morgane Pommier

Après une formation aux Cours Florent (2012-2015), où elle reçoit les enseignements de Régine Ménauge-Cendre, Julie Lavergne et Dimitri Rataud, et joue dans plusieurs spectacles (Belle du seigneur, d’Albert Cohen, mise en scène Régine Ménauge-Cendre ; La réunification des deux Corées, de Joël Pommerat, mise en scène Xavier Florent ; Huis Clos, de J.-P. Sartre, mise en scène Fanny Brucher ; Booz Roi, écriture et mise en scène Alexandre Fergui ; Chantecler, d’Edmond Rostand, mise en scène Alexandre Fergui), Morgane entame en 2015 une licence en Arts du spectacle à l’université Paris VIII - Vincennes - Saint-Denis. En plus de l’apport théorique et réflexif, elle y expérimente, entre autre, la performance, le théâtre documentaire, le ViewPoint, et acquière des notions en danse contemporaine. En 2017, elle rejoint le collectif Hoc Momento dans des créations in situ et partagées aux Grands Voisins (Yassa, 2017), à L’Espace Imaginaire (Montjoie ! Saint-Denis !, 2018) ou encore dans une gare désaffectée au Brésil (Mama Pérola, 2017). Entre 2017 et 2019, elle crée et participe à plusieurs performances : Rien n’a changé. Et alors ? (Paris VIII - Vincennes - Saint-Denis, 2016 ; Festival La Petite Boîte, Paris, 2017), Femmes en morceaux (Festival Féminisme et Genre, Paris VIII, 2017), Pan de Taro Izumi (Palais de Tokyo, Paris, 2017) et la performance autobiographique Mettre son coeur dans une valise (diffusion prévue pour la saison 2020-21). En 2019, elle se tourne vers le cinéma avec le film La Maison écrit et réalisé par Julia Hamang. Elle participe l’année suivante à l’atelier de création collective Transmission dirigé par Julie Crantelle et Théo Majcher de la compagnie ALTER EGO (X).