1/1
1/1

LÈCHE MON COEUR

CRÉATION NOVEMBRE 2021

D'après les textes suivants :

Ogres de Yann Verburgh - Edition Quartett

Tirer des flèches de Julie Gilbert - Edition Héros-Limite

 

Mise en scène par Julie Crantelle

Une création de la compagnie ALTER EGO (X)

Jeu -

Théo Majcher

Fanny Caron

Julie Crantelle

Un comédien (H) en cours de recrutement

Scénographie et costumes - Annatina Huwiler

Son et lumière - en cours

Production : ALTER EGO (X)

Co-production : en cours

Partenaires :

Haute Ecole des Arts de Zürich

Konvent (Barcelone)

LÈCHE MON COEUR

NOTE D'INTENTION

Je me souviens de la première manif pour tous. Je me souviens de mon sentiment d’incompréhension. Je me souviens des familles dans la rue, tenant leurs enfants d’une main et de l’autre, leur pancarte prônant leur opposition au mariage homosexuel. Je me souviens m’être dit que si toute cette énergie était balancée pour la cause écologique, notre monde ne partirait pas à la dérive. Je me souviens les avoir regardés, bouche ébahie. Comment peut-on se battre pour empêcher des personnes de s’aimer librement ? 

 

S’aimer au grand jour est une question qui transcende les genres, les sexes, les relations. Je voulais que ma première création soit en prise directe avec le pouls du monde. Je souhaitais parler d'amour et de l'urgence d'agir. Je ressentais également le besoin de retrouver une écriture sensitive et poétique. A la première lecture de Ogres, les mots, simples et directs de Yann Verburgh, ont alors fait écho à ma propre révolte, à une époque où les libertés sont sans cesse remis en cause de par le monde.

 

Ce texte, qui sera le point central de cette création, aborde la thématique de l'homophobie dans le monde. Mais c'est un texte qui, à travers les histoires intimes et politiques des personnages que nous suivons, dévoile au-delà de la thématique abordée. En effet, la cruauté de l’homme sur la Terre ne connait plus de limites. Les humains ont répandu la violence et la corruption aux quatre coins du monde. Les corps tombent sous les balles des guerres qui font encore rages, les êtres se noient au large des plages pour échapper aux conflits de leur terre de naissance et les personnes LGBTQ+ sont persécutées car on ne tolère pas la différence. Les Ogres, ces monstres qui nous hantent depuis notre tendre enfance. Une figure terrifiante qui fait pourtant partie de l’imaginaire de tous. Mais qui sont-ils vraiment ? Sont-ils seulement éloignés de nous ? L’Ogre dévore, effraie, terrasse, fait du mal, contrôle à travers sa force et se place à la frontière entre l’homme et l’animal… Et si nous étions tous simplement des Ogres ?

 

Quelques poèmes de Julie Gilbert viendront également nourrir cette création. Être au monde, saisir au quotidien sa réalité physique, la ressentir intensément, y trouver "assez de matière pour dire c’est ici, oui, c’est ici que tout commence", telle est l’aspiration constante de l'autrice. En effet, ses poèmes nous font entrer dans un regard singulier sur le monde, ils nous incitent à être attentif à ce qui nous entoure. Ils sont portés par un désir de comprendre et d’aller à l’essentiel, qui passe par le dépouillement, le dénuement : "On voudrait savoir. On voudrait que les pierres parlent, que les montres retrouvées chez les antiquaires s’agitent, que les miroirs renvoient les visages entrevus. On voudrait. Et pourtant nos têtes congestionnées de récits, de mots, d’arguments crient grâce. Alors dans la faiblesse du jour, il faut espérer écouter le silence." Cette ascèse s’inscrit dans une quête vitale, tout comme certains personnages que nous croisons dans le texte de Ogres.

 

Lèche mon coeur sera donc une création poétique sanglante, où les visages sont invoqués, les voix nous disent la vérité, leurs urgences et leurs réalités.

  • Facebook
  • Instagram

NOS PARTENAIRES 

logo_with_member_of_fr.jpg
encc-logo.jpg
zhdk.png
instutut.png
1/1